Publicité

Trucs et Astuces

“Bon annif”: Comment les réseaux sociaux gâchent nos anniversaires

Samuel Marc

Publié

Je n’ai jamais été très doué avec les chiffres. Logiquement, je n’ai jamais été doué pour retenir les dates d’anniversaire non plus. Pour finir par mémoriser celles de mes proches, j’ai dû mettre près d’une vingtaine d’années au bas mot. Je ne vous cache pas que dès que la technologie m’a permis de délester ma mémoire de ces dates si difficiles à retenir et dont l’oubli est si lourd de conséquences, je ne me suis pas fait prier. Je fais aujourd’hui entièrement confiance à Apple, Google ou Facebook pour se souvenir des anniversaires de mes proches à ma place. Mais, en mai dernier, j’ai franchi un cap dans l’automatisation à la limite de la science-fiction.

Nous étions le 15 ou le 28 mai… Je ne me souviens plus. Vous savez, moi et les chiffres… Quoi qu’il en soit, une amie proche, que nous appellerons Julie, fêtait son anniversaire ce jour-là. Comme chaque matin, je me saisis de mon fidèle smartphone. Une carte Google Now s’affiche à l’écran. C’est l’anniversaire de Julie aujourd’hui, souhaitez-lui un joyeux anniversaire. Habitué à la procédure par plusieurs années de rappels Facebook, je décide de presser le bouton en surbrillance à l’écran comme ça, pour voir.

“Bon annif”: Comment les réseaux sociaux gâchent nos anniversaires

Google Now Birthday Cart Anniversaire

Voilà le genre de cartes que Google Now présente à l’occasion de l’anniversaire de vos contacts Google+

Premier clic. La carte Google Now ouvre le profil Google+ de mon amie, et, à ma grande stupeur, pré-remplit un message. Joyeux Anniversaire Julie! La carte de vœux -appelons les choses par leur nom- est même égayée par une sorte d’émoticône géante qui gigote au milieu d’un nuage de cotillons. Perplexe et amusé, je presse le bouton Envoyer, comme ça, juste pour voir.

Deuxième clic. C’est envoyé. J’ai souhaité joyeux anniversaire à Julie en deux clics. Je n’ai eu ni à me rappeler de la date de son anniversaire, ni à retrouver son adresse ou à faire l’effort de choisir une carte à lui envoyer par mail ou par voie postale. Pire, je n’ai même pas eu à choisir les mots que je souhaitais lui adresser. Je n’ai même pas eu à penser. Ni à elle, ni même à ce que je faisais.

Je marquai un temps d’arrêt. Ce vœu d’anniversaire d’origine industrielle m’avait fait réfléchir, moi le geek mi-homme, mi-machine. Le vœu d’anniversaire, jadis un geste attentionné et une marque d’affection, avait été réduit à l’état de tâche automatisée. On n’arrête pas le progrès.

Carte de voeux Google+

L’arme du crime: la carte de vœux automatique postée sur le profil Google+ de la victime…

Pour moi, le message prémâché de Google était le symptôme d’un mal plus profond. Je ne sais pas vous, mais les Bon annif et les HB (comprendre Happy Birthday) défigurent les murs Facebook de mes amis depuis déjà quelques années. Inutile de se cacher. Nous l’avons tous fait au moins une fois. Sommes-nous pressés au point de ne plus pouvoir prendre le temps de rédiger une phrase complète? Une phrase de deux mots? Vraiment?

Mais il y a pire. Vous l’aurez pressenti, ce phénomène de déshumanisation des rapports humains élémentaires ne se limite pas aux simples vœux d’anniversaire. Pas besoin d’être sociologue pour se rendre compte que cette mécanisation s’étend à de nombreux autres types d’interactions entre les personnes, des salutations aux invitations en passant par les condoléances.

Il serait très malvenu de ma part de cracher dans la soupe. Foncièrement geek, je vis sur Internet. J’ai d’ailleurs réduit certaines des interactions avec mes proches à une portion congrue depuis belle lurette. Peu loquace, j’abhorre par exemple les appels téléphoniques et préfère communiquer par écrit.

Google Servers Hamina

La ferme de serveurs de Google à Hamina, en Finlande: souhaitez-vous vraiment que vos vœux viennent de là?

Seulement, cet évènement m’a fait prendre conscience de quelque chose. En dépit de l’avancée inexorable des nouvelles technologies, c’est à nous de faire attention à ce que certaines choses, les choses qui ont vraiment de l’importance, continuent à venir du cœur et non de serveurs réfrigérés perdus autour du cercle Arctique.

Après m’être rendu compte de l’énormité de mon acte irréfléchi -c’est le cas de le dire- je décidai, penaud, de faire amende honorable. J’allais prendre mon courage à deux mains, décrocher mon téléphone et appeler Julie pour prendre de ses nouvelles. Une première.

JibJab Birthday CardQuoi de mieux qu’une carte JibJab choisie avec attention pour l’anniversaire d’un ami geek?

Mais que pouvons-nous faire pour stopper la multiplication des messages insignifiants et sans âme qui fleurissent sur les murs Facebook à la moindre occasion? Étant dans l’impossibilité d’engager un programme mondial de rééducation, une seule solution s’offre à nous: donner le bon exemple en personnalisant nos messages de vœux, en contactant nos proches directement ou en leur envoyant une petite carte via mail!

Personnellement, c’est le site JibJab qui a ma préférence en termes de cartes électroniques. En échange d’un abonnement annuel tout à fait raisonnable (18$), vous aurez accès à plus de 1500 modèles de cartes différentes. Vous pourrez même personnaliser ces dernières en y incrustant votre visage ou ceux de vos amis pour créer des animations loufoques toujours dans l’air du temps.

Accéder à JibJab.com

Suivez-moi sur Twitter: @SamSoftonic

Vous aimerez aussi